Consolider notre démocratie sociale, pour de nouvelles protections

Il faut que les salariés soient impliqués dans les décisions, associés à l’organisation des entreprises. Le bien-être au travail est facteur de considération et la garantie d’une meilleure productivité.
Consolider notre démocratie sociale, pour de nouvelles protections programme de Manuel Valls

Pourquoi ?

Il ne suffit pas de donner un emploi à chacun, de mieux le rémunérer, pour construire une société heureuse. L’entreprise est une communauté de destin. Il faut donc aussi que ce travail ait un sens, que les salariés soient impliqués dans les décisions, associés à l’organisation des entreprises. Le bien-être au travail est facteur de considération et la garantie d’une meilleure productivité.

Les mesures

- Poursuivre la démarche engagée depuis 2012 pour renforcer la place des accords de branche et d’entreprise, tout en maintenant un cadre protecteur fixé par la loi.

- Renforcer les syndicats en proposant notamment aux partenaires sociaux la généralisation du chèque syndical.

- Lutter contre les méthodes de management déshumanisantes et irrespectueuses des travailleurs.

- Protéger la santé des travailleurs et compenser la pénibilité comme nous avons commencé de le faire avec le « compte pénibilité ».

- En appeler à la responsabilité des chefs d’entreprise. Si la quasi-totalité travaille dur pour faire croître leur activité et créer des emplois, le comportement d’une infime minorité qui s’arroge des rémunérations indécentes, même lorsque les performances ne sont pas au rendez-vous, n’est plus tolérable.

- Faire en sorte que, pour la rémunération des dirigeants, les votes du conseil d’administration ne puissent se faire qu’à une majorité des deux tiers, si les administrateurs salariés jugent les rémunérations proposées excessives.