Manuel Valls à Liévin

C’est en terres socialistes, une terre de gauche, à Liévin, que ce dimanche 8 janvier, Manuel Valls a choisi « comme une évidence » de tenir sa première réunion publique pour la campagne des primaires citoyennes. 

 

« La République, la gauche, le monde ouvrier, c’est une Histoire, la mémoire d’hommes et de femmes. La gauche comme la France ne peuvent regarder l’avenir que si elles n’oublient pas leurs racines. »

 

A l’Hôtel de ville, là où François Mitterrand, le 21 novembre 1994 s’était exprimé pour célébrer la mémoire des 42 mineurs décédés dans une explosion au cours de l’hiver 1974.

Lui rendant hommage, il a tenu à rappeler la force du symbole et l’honneur qu’une prise de parole représentait pour lui dans une région où depuis longtemps s’enracine la gauche et résistant à la poussée de l’extrême droite.

Saluant un monde de labeur, digne et valorisant l’entraide, un monde qui refuse de se résigner face aux difficultés du quotidien.

Manuel Valls s’est ainsi refusé à admettre que la gauche « sondage après sondage, pronostic après pronostic », que le peuple de gauche se retrouve face à un choix cornélien qui l’obligerait à choisir entre une droite dure et l’extrême droite.

 

Posant cette question aux hommes et aux femmes de progrès : « Voulons-nous gagner ? » et exhortant le peuple de gauche à sonner le rappel pour aller au combat et refuser que cette élection présidentielle 2017 ne suive le chemin que les leçons des derniers mois, celle des Etats-Unis, du Royaume-Uni ou celle des dernières élections régionales nous ont apprises.

 

« Je veux que la gauche remporte cette élection présidentielle. »

 

Manuel Valls a donc lancé un appel à l’engagement et à la mobilisation de chacune et chacun pour les primaires citoyennes des 22 et 29 janvier.

Les choix d'une impasse de l’extrême droite, le retour en arrière, la dureté et le conservatisme de François Fillon, Manuel Valls le refuse. 

Dès lors, il en propose un troisième avec conviction, celui du Progrès social, de l’espoir pour l’avenir de la France.  

Cette France qui a toujours besoin de la gauche.

Il porte ainsi un projet pour notre pays, le fruit de son expérience d’élu local, de maire, de ministre, de Premier ministre, un projet qui incarne sa vision de la France.

 

« La gauche est belle et grande quand elle rencontre le destin du pays. »

 

Dans un monde en pleine ébullition, un monde dur et ébranlé sous les coups de butoir de la mondialisation, Manuel Valls refuse le fatalisme et le chacun pour soi du libéralisme.

Parce qu’il croit profondément en notre capacité collective, à la force des Français, il est candidat à la Présidence de la République car il porte un amour profond à chacun des Français.

Son projet, c’est une République forte et une France juste.

 

#EUROPE

REPRENDRE NOTRE DESTIN EN MAIN

Refonder l’Europe qui n’est désormais qu’un paradoxe, celle qui naquit pour la paix, tirant les leçons des drames du XXe siècle, est une nécessité.

Européen convaincu par ses racines mais lucide, Manuel Valls pose la question :

« L’Europe peut-elle retrouver un souffle ? »

Le politique doit prendre ses responsabilités et reconnaître que l’Europe est une fédération d’Etats nations qui joignent leur souveraineté et le génie de chaque peuple.

« La refonder c’est la remettre au service de nos peuples » a déclaré Manuel Valls.

Il propose donc de taxer lourdement les importations sur le marché intérieur ne respectant pas nos règles sociales et environnementales.

Il propose également de contrôler les investissements étrangers pour protéger nos secteurs stratégiques.

 

« Je veux que nous prenions le temps, que nous donnions le temps à l’Histoire d’embrasser la géographie de notre continent. »

 

Affirmant qu’une nouvelle politique migratoire est nécessaire, Manuel Valls a affirmé que l’Europe doit ralentir l’intégration de nouveaux pays.

Tenant un langage de vérité, il a affirmé que la Turquie ne pourrait donc pas rentrer dans l’Union européenne,

 

« C’est l’honneur de la France d’avoir accueilli le réfugiés fuyant la guerre »

 

Manuel Valls veut incarner le redressement français qui est au cœur de la renaissance européenne.

 

#SECURITE

PROTEGER LES FRANÇAIS

Face à une menace terroriste sans précédent, une société violente et à la montée des racismes, Manuel Valls souhaite être aux côtés de celles et de ceux qui s’engagent avec courage pour veiller sur nos compatriotes et leur donner les moyens humains et matériels.

Il propose donc de créer 1000 postes de policiers et de gendarmes par an qui s’ajouteront au 9000 déjà créés depuis 2012.

Manuel Valls a également rappelé que le combat des valeurs doit plus que jamais être mené.

Il faut réaffirmer de façon intraitable la place de la « laïcité » dans notre société, notre meilleur rempart contre tous les intégrismes en protégeant la liberté de croire ou de ne pas croire.

« C’est le combat de la gauche d’expliquer notre conception de la liberté, notre attachement viscéral à l’égalité entre les femmes et les hommes. »

La laïcité est le socle fondamental de notre unité, Manuel Valls propose d’adosser une charte de la laïcité à la Constitution.

 

#EMPLOI

UNE SOCIETE DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITE

Manuel Valls souhaite poursuivre l’effort de la gauche et des français qui a vu le chômage baissé pour le troisième mois consécutif et ce pour la première fois depuis 2008.

Les entreprises françaises investissent, regagnent des parts de marché, mais elles ont besoin de stabilité en matière fiscale.

Dans une nouvelle ère numérique, avec l’importance cruciale de la transition énergétique, il faut de l’investissement pour assurer le relai des industries d’avant.

C’est un Etat stratège au service de l’innovation et de la recherche que Manuel Valls souhaite incarner, un Etat qui fera de la France un pays d’entrepreneurs et de création à la hauteur de son génie.

 

« Je veux que notre modèle de redistribution redevienne un motif de fierté pour les français »

 

Manuel Valls ne croit pas au revenu universel qui serait versé à l’ouvrier comme à Madame Bettencourt.

Il propose donc un « revenu décent » en saluant le regretté François Chérèque, ouvert sous conditions de ressources à tous les Français, y compris les 18-25 ans.

Plus de sécurité face à des carrières toujours plus précaires, plus d’équité et de progrès social, un modèle de redistribution qui n’oublierait aucun citoyen, les plus jeunes comme les plus âgés.

 

« L’entreprise, ce n’est pas un gros mot, c’est le lieu où chaque jour des millions de français apportent leur génie personnel, s’investissent, produisent, innovent, inventent »

 

 

« Je veux que notre modèle de redistribution redevienne un motif de fierté pour les français »

Manuel Valls ne croit pas au revenu universel qui serait versé à l’ouvrier comme à Madame Bettencourt.

Il propose donc un « revenu décent » en saluant le regretté François Chérèque, ouvert sous conditions de ressources à tous les français, y compris les 18-25 ans.

Plus de sécurité face à des carrières toujours plus précaires, plus d’équité et de Progrès social, un modèle de redistribution qui n’oublierait aucun citoyen, les plus jeunes comme les plus âgés.

 

#NOTREHISTOIRE

UN MOMENT DETERMINANT

 

Manuel Valls a enfin rappelé que pour faire gagner la gauche il fallait parler à tous les français.

Et à ceux qui demandent ce qu’est la gauche, il répond :

Une République forte qui protège autant qu’elle émancipe.

Une France juste qui donne autant qu’elle encourage.

Voilà où Manuel Valls veut emmener chaque français par la main, vers une victoire de la gauche à l’élection présidentielle.

 

« Je veux dire à chacune et chacun de mes compatriotes, quelles que soient son origine, sa foi, ses convictions, que la France est belle est grande quand elle est forte et généreuse »

 

« Je ne me résoudrai jamais à ce que la gauche soit absente de ce moment, je veux faire gagner la gauche, la réinventer, la France a besoin d’elle »

 

 

MV-Alfortville

Le 26 janvier, et pour sa dernière réunion publique avant le deuxième tour des Primaires citoyennes ce dimanche 29 janvier, Manuel Valls était à Alfortville pour y rencontrer les français et leur présenter son projet. Une soirée mémorable, marquée par les mots et portée par les idées. 

MV-4e-debat

Un débat consistant et de bonne tenue a permis de distinguer avec précision les différences qui marquent les programmes des deux candidats en lice. Travail, laïcité, sécurité… Manuel Valls a exposé avec conviction sa vision de notre société, en conjuguant le cœur et la raison.