Pour une refondation de l'Europe

Nous avons depuis trop longtemps le sentiment que notre Nation s'affaiblit, que son identité se dilue dans la mondialisation.

Pourquoi ?

Je suis, par mes origines et mes engagements, un Européen de cœur. Mais l'Europe, minée par les crises et les populismes, ne va pas bien. Je veux répondre à la défiance des citoyens qui ne croient plus en l'Europe en défendant un projet clair dont l’unique boussole sera la protection des Européens à l'heure de la mondialisation.

Nous avons depuis trop longtemps le sentiment que notre Nation s'affaiblit, que son identité se dilue dans la mondialisation. Je veux nous redonner la capacité de faire des choix, de protéger notre modèle social contre le dumping fiscal, de protéger nos entreprises contre une concurrence déloyale et nos travailleurs contre le contournement des règles du travail détaché. Nous redonner la capacité, aussi, de mieux nous protéger contre le terrorisme sans rien céder de nos valeurs fondamentales. Tout cela nécessite une Europe plus forte, qui joue réellement son rôle : une Europe que nous devons refonder...

Les mesures

- Organiser avec l’Allemagne une conférence de refondation de l’Union européenne pour créer les conditions d'un consensus indispensable à la survie du projet européen : affirmer un modèle social européen, mieux maîtriser nos frontières et mieux défendre notre souveraineté et nos intérêts.

- Recentrer l'Europe sur ses missions premières en limitant la prolifération des normes qui pèsent sur les PME, sur les agriculteurs et les collectivités, en simplifiant les contrôles qui découragent nos agriculteurs, nos chercheurs, nos entreprises.

- Taxer lourdement les importations sur le marché intérieur ne respectant pas nos règles sociales et environnementales.

- Proposer à nos amis allemands « un contrat de partenariat franco-allemand » qui formalisera pour la durée de nos législatures respectives nos engagements conjoints pour l’Europe et pour le monde. À ce titre, je proposerai à l’Allemagne que nos deux pays soient à l’initiative pour une « alliance euro-africaine ».

- Si la Turquie est un grand pays, un partenaire essentiel de l'Europe, il faut cesser de lui mentir, lui dire clairement les choses. La Turquie ne doit pas et ne peut pas intégrer l'Union européenne