Projet pour les Outre-Mer : un objectif : l'Egalité Réelle

Beaucoup a été fait en faveur des outre-mer depuis 2012 sous la présidence de François Hollande. Les outre-mer sont redevenus une priorité gouvernementale. Cependant, je souhaite donner un nouveau souffle à ces territoires, tracer un nouvel horizon, sortir des sentiers battus, impulser des politiques innovantes et ambitieuses. Car les outre-mer, c’est la France en grand, la France des trois océans, la République généreuse et fraternelle.  Et c’est pourquoi, les outre-mer seront placés au cœur de mon projet présidentiel.

Les outre-mer constituent une réalité au cœur des valeurs de la République : une richesse humaine pour la France, une France apaisée fière de sa diversité, un levier de développement durable pour l’économie française (transition énergétique, expérimentations, économie bleue...), ainsi qu’un atout pour son rayonnement international (tourisme, ZEE, culture).

Certains candidats portent une vision réductrice et caricaturale des outre-mer. Pour le Front National et la droite, il faudrait par exemple supprimer la sur-rémunération des fonctionnaires ce qui serait une faute morale car nous avons besoin de services publics efficaces et une erreur économique grave qui réduirait la consommation locale.

Pour d’autres, il faudrait en finir avec la défiscalisation. Il s’agit là d’une vision dogmatique et sans nuance. Face au manque de capitaux propres, nous avons besoin plus que jamais d’investisseurs pour financer et accompagner les projets économiques outre-mer.

Pour d’autres encore, le budget du ministère des outre-mer ne serait pas le sujet. Mais comment porter une politique ambitieuse, innovante sur le plan économique et exigeante sur le plan social sans donner aux territoires les moyens de leur développement ?

Je connais bien les Outre-mer, j’ai eu la chance de les parcourir dans mes différentes fonctions, tant au ministère de l’intérieur qu’à Matignon. Comme Premier ministre, j’ai eu l’honneur de m’investir totalement, notamment pour la Nouvelle-Calédonie qui connaîtra une échéance décisive pour son avenir en 2018. Les outre-mer ne peuvent se contenter de vagues propositions ou de quelques orientations générales. Il faut sortir des caricatures et des idées préconçues. Je veux être clair et précis. Je veux continuer à bâtir l’égalité réelle et un projet d’avenir pour les outre-mer. C’est pourquoi, je propose un programme pour l’ensemble des outre-mer mais aussi pour chacun d’entre eux en lien très étroits avec tous mes soutiens dans les territoires.

Mon ambition se traduit aussi par une méthode. Cette méthode, qui sort de l’approche comptable dans laquelle se complait la droite et l’extrême droite et qui réfute l’approche culpabilisante de l’extrême gauche.

C’est une méthode fondée :

- sur des grandes priorités d’action : dynamiser l’emploi, assurer la sécurité et les fonctions régaliennes, bâtir sur la diversité, renforcer la cohésion sociale ;

- une feuille de route associant étroitement les territoires pour sa déclinaison ;

- des actions concrètes et opérationnelles ;

- un calendrier en trois temps : mesures immédiates avant l’été 2017, mesures pour la fin 2017 notamment dans le cadre de la loi de finances pour 2018, mesures à horizon moyen terme tout au long du quinquennat qui passeront par une loi-cadre sur l’outre-mer.

Lors de ce deuxième débat des Primaires de la Belle Alliance populaire, les échanges ont été plus vivants et les sujets abordés avec davantage de profondeur. Ce fut l’occasion pour Manuel Valls de se distinguer des autres candidats par la cohérence de son projet et le renforcement de sa stature présidentielle.

Pour une société du travail : refusons la facilité et inventons la protection sociale du XXIème siècle. Manuel Valls publie lundi 16 janvier une tribune sur sa page Facebook.

Manuel Valls invité de On n'est pas couché

Interviewé par Laurent Ruquier, Vanessa Burggraf et Yann Moix, Manuel Valls a présenté son projet pour le rassemblement du peuple de gauche et des français.